Clap de fin sur un pont d’événements

Clap de fin sur un pont d’événements

08 juillet 2017

Avec la remise des prix de la Transat du Centenaire dans de mythiques salons à New York, le rideau est tombé sur THE BRIDGE, cet événement d’une audace folle, porté par une incroyable énergie, qui a soulevé une exceptionnelle vague d’émotions, enflant au fil des jours et d’un enchaînement de réussites. 

Des premiers rebonds de la Coupe du Monde de basket 3x3 à Nantes, jusqu’aux arrivées sous le pont Verrazano clôturant la bal des trimarans Ultimes à travers l’Atlantique, sans oublier le retour du Queen Mary 2 dans son berceau de construction faisant chavirer le cœur des nazairiens, suivi du départ spectaculaire de la Transat du Centenaire dont les images n’ont pas fini de faire le tour du monde, la magie de THE BRIDGE l’a emporté tout du long.  

Cet événement composite et fort en symboles, mêlant basket, voile, musique et Histoire a tenu toutes ses promesse. Mieux, il a dépassé toutes les espérances de son créateur et organisateur, Damien Grimont, qui a tenu son pari de jeter, à la croisée des publics, des ponts vers le monde de demain. 

We built too many walls and not enough bridges

Isaac Newton

Pendant trois semaines, à Nantes et Saint-Nazaire, sur l’océan et jusqu’à New York dans le cadre d’un huis-clos entrepreneurial totalement inédit, THE BRIDGE a fait écho à la maxime d’Issac Newton,  « Nous construisons trop de murs et pas assez de ponts ». Ces mots fédérateurs ont raisonné des deux côtés de l’Atlantique sur fond de commémorations d’une grande page de l’Histoire et de célébration de 100 ans d’amitié franco-américaine, tout au long des trois semaines de festivités à l’affiche de cet événement qui fera date.


Damien Grimont, créateur et organisateur de THE BRIDGE : « Ce qui m’intéresse le plus dans le cadre de la transat entre trimarans Ultimes, dont les arrivées clôturent THE BRIDGE, c’est d’accompagner le virage que la voile est en train de prendre. François Gabart, vainqueur de cette transat entre trimaran Ultimes, me disait, à juste titre, que la voile connaît depuis cinq-six ans des évolutions majeures d’une ampleur sans égale et sans précédent. Cela fait quinze ans que j’organise avec Profil Grand Large des événements autour de courses au large. Et, THE BRIDGE - dans la même logique que le Record SNSM dédié aux sauveteurs en mer bénévoles, ou que la Solidaire du Chocolat qui a levé 500 000 € de fonds pour 25 associations – est animé du même état d’esprit de donner du sens en fédérant les publics et en abolissant les frontières. 

Pour moi, un événement doit être un catalyseur, un accélérateur au regard d’une cause ou d’un transformation positive de la société. THE BRIDGE, avec la course très symbolique contre le Queen Mary 2, a été imaginé comme un moyen d’accompagner la révolution que connaît la voile aujourd’hui et qui nous montre un chemin vers la transition énergétique.

THE BRIDGE, c’est également un événement composite, porté par la volonté de jeter des passerelles entre les univers et qui répond à la logique qu’ « un plus un égale trois ». Nous avons réuni le basket, la voile, la musique et l’Histoire avec le Centenaire du débarquement américain de 1917, autour du Queen Mary 2. Ce paquebot, qui incarne le travail humain, reste l’élément fort et central de l’événement, qui a puisé sa force dans la vitalité d’un territoire. Un paquebot comme celui-là, c’est quatre millions d’heures et plus de 100 000 personnes qui ont interagi, de près ou de loin, pendant sa construction. Durant les trois semaines d’événement, chacun des acteurs et des participants a construit son propre « bridge » ;  et nous avons eu tout du long, à Nantes, Saint-Nazaire et jusqu’à New York, beaucoup d’émotions partagées qui dépassent toutes nos espérances les plus folles. »

Classement de la Transat du Centenaire/THE BRIDGE
1 / MACIF (François Gabart) : 8j 00h 31min 20s de course, 3582.1 nm parcourus à 18.6 nœuds de moyenne
2 / IDEC SPORT (Francis Joyon) : 8j 11h 09min 03s, 3486.6 nm parcourus à 17.2 nœuds de moyenne / écart au premier : 10h 37min 43s 
3 / Sodebo Ultim’ (Thomas Coville) : 8j 16h 18min 55s, 3549.2 nm parcourus à 17.0 nœuds de moyenne / écart au premier : 15h 47min 35s
4 / Actual (Yves Le Blévec) : 10j 09h 28min 58s, 3609.9 milles parcourus à 14.5 nœuds de moyenne / écart au premier : 2j 08h 57min 38s

MACIF, vainqueur de la Transat du Centenaire

Les équipages
Actual : Yves Le Blévec (skipper), Samantha Davies, Davy Beaudart, Jean-Baptiste Le Vaillant, Stan Thuret
IDEC SPORT : Francis Joyon (skipper), Gwénolé Gahinet, Alex Pella, Sébastien Picault, Quentin Ponroy
MACIF : François Gabart (skipper), Pascal Bidégorry, Guillaume Combescure, Antoine Gautier, Benoît Marie, Yann Riou
Sodebo Ultim’ : Thomas Coville (skipper), Billy Besson, Thierry Briend, Loïc Le Mignon, Jean-Luc Nélias,  Vincent Riou